Essai Legend Monza 2018, par Enzo Rossi
Vous n'êtes pas certain de la Legend Monza ? Lisez ce test détaillé et vous obtiendrez toutes les informations dont vous avez besoin.

Essai de notre Legend Monza, par Enzo Rossi 

Récemment, nous avons reçu une analyse approfondie de notre Legend Monza par l'équipe du forum Jobike, une importante communauté de cycliste d'Italie où les amateurs et professionnels partagent leurs connaissances. Enzo Rossi, en particulier, a réalisé une étude exhaustive de notre modèle phare en analysant minutieusement chaque détail et en soumettant son vélo électrique à différents tests.

Le résultat est une revue exceptionnellement détaillée où Enzo expose à la fois les points forts et les points à améliorer, et malgré cela, nous n'avons pas pu résister à traduire et à partager ce grand travail afin que vous ayez une vision réaliste et impartiale de notre bien-aimée Monza 2018.

Vous pouvez ici vérifier l'article d'origine en italien : http://www.jobike.it/forum/topic.asp?TOPIC_ID=75744

Et ci-dessous la traduction littérale avec ses photos originales.


Essai du vélo pliant électrique Legend Monza

Par rapport au modèle testé précédemment, la différence la plus importante réside dans la gestion de l'alimentation du moteur et, plus généralement, dans toutes les parties électroniques, j'ai donc refait tous les tests dynamiques. Beaucoup de choses dans la mécanique sont restées inchangées ; alors j'ai souvent fait du "copier-coller".

Les photos sont toutes nouvelles.

J'ai roulé environ 380 km avant de rendre le vélo pour essayer de comprendre tout son potentiel.

Vélo électrique compact, léger et confortable

  • Le cadre est livré avec une barre transversale droite haute, en aluminium 6061.

  • La solidité est excellente, et je n'ai trouvé ni flex ni jeu dans les charnières.

  • Le cadre est bas, mais pas trop bas : 560 mm : plus que la hauteur de la pédale en position la plus haute.

  • Il est très agile et réactif dans les changements de direction et les manœuvres serrées.

  • Il n'a pas de suspension avant, mais il est très confortable lors de la conduite en raison de la présence de pneus à large section « ballon ».

  • La position de pédalage est droite ou légèrement inclinée vers l'avant.

  • Le groupe de vitesses est un Shimano Tourney TX 6 vitesses avec dérailleur.

  • Les changements de vitesses sont suffisamment précis et rapides, mais lors des tests ce n'était pas très bien réglé, et j'ai eu quelques problèmes sur les pentes très raides avec le développement le plus court.

  • Le levier de vitesses (rotatif) est très doux pour changer de vitesse.

  • Le rapport de transmission s'est amélioré pour l'adoption d'un pignon multi-dents : à 25 km/h la cadence de pédalage en sixième vitesse est de 70 tours par minute.

  • La stabilité en conduite est optimale, même à grande vitesse (testé jusqu'à 48 km/h sans aucun problème).

  • La conduite mains libres est totalement stable, mais il vaut mieux ne pas le faire en raison de la grande réactivité du cadre court.

  • Les pneus sont de bons Schwalbe BigBen 20 "x 2,15" qui peuvent être maintenus à basse pression pour augmenter le confort.

  • La béquille est un monopode, stable et robuste.

  • Le porte-bagages arrière peut porter jusqu'à 27 kg selon la nouvelle certification européenne et accepte facilement un siège enfant. (elle est cependant un peu inclinée).

  • L'assemblage est correct.

  • Le système de freinage est passé des V-brakes de la version précédente à un excellent système à disque Tektro à commande hydraulique, puissant et très modulable.

  • Les leviers sont souples et confortables à utiliser, et il n'y a pas de coupure d'alimentation.

  • Distance de freinage de 25 km / 3,55 m : bon rapport qualité-prix et bien meilleur que la version précédente.

  • La roue arrière se bloque sans que le vélo ne perde de sa stabilité ; J'insiste sur le fait que le basculement peut être activé, car les freins hydrauliques offrent un freinage très puissant.

  • Le pliage est facile, et je l'ai fait en 30 secondes aussi bien en fermeture qu'en ouverture.

  • Les joints sont solides et ne présentent aucun jeu ; les deux systèmes de pliage sont équipés d'une deuxième marche de sécurité.

Vélo électrique avec batterie amovible intégrée au cadre.

La troisième version du Monza est fournie avec une batterie au lithium 36V 8Ah 288Wh logée dans le tube du cadre.

Deux autres capacités supérieures sont également disponibles : 10,4 à 14ah.

Une sortie USB très utile est intégrée à la batterie pour garder votre navigateur ou votre téléphone chargé.

Le démontage nécessite de plier le vélo par le cadre et de déverrouiller la serrure à clé. Même cette manœuvre est bien améliorée.

La charge prend 4 heures et 25 minutes à partir d'une batterie complètement déchargée.

L'unité de commande est cachée dans le tube du cadre et est connectée à la batterie avec un connecteur qui se déconnecte automatiquement en pliant le cadre.

Vélo électrique intelligent connecté à votre téléphone

L'écran intègre les boutons des différentes fonctions, est à LED et fournit des informations de base : niveau de charge et niveau d'assistance.

Mais il dispose d'une connexion Bluetooth via le Mahle iWoc pour se connecter à votre smartphone que vous pouvez attacher, avec le bon support, au guidon.

Avec la bonne application, sur le téléphone, vous aurez beaucoup d'informations : à la fois le cyclo-ordinateur, le type électrique (wattheures, puissance utilisée, niveau de charge...) et le type de navigateur avec cartes et mémoire des itinéraires empruntés et beaucoup d'autres paramètres.

En connectant le smartphone avec un moniteur de fréquence cardiaque, vous pouvez régler automatiquement le niveau d'assistance afin que notre fréquence cardiaque ne dépasse jamais la valeur définie.

Les boutons contrôlent l'activation de la centrale, le changement de niveau d'assistance, l'activation du feu avant, l'assistance assistée et, lorsque le smartphone est connecté, il y a un bouton pour répondre aux appels téléphoniques.

L'affichage est clairement visible de jour comme de nuit.

Faites attention au fait que, s'il pleut, le téléphone portable doit être étanche.

Vélo avec moteur 250W

Le moteur est un petit moteur arrière robuste, à engrenages, 250 W, 36 V, sans balai, à capteur, construit par le célèbre Bafang.

Le moteur tourne bien à tous les niveaux d'assistance et n'est jamais saccadé.

Le bruit se fait entendre lors de la marche, mais il ne devient jamais gênant, même en montée.

Les câbles sont disposés et regroupés en un seul câble dans la zone de pliage ; PAS est intégré dans le boîtier de pédalier.

Le connecteur qui s'ouvre lorsque le cadre est plié permet de réduire efficacement les problèmes de rupture de câble lors du pliage.

Le système de contrôle d'assistance est un capteur qui fonctionne avec la rotation de la pédale et fonctionne « on stream ». Cela signifie qu'avec pratiquement tous les niveaux d'assistance, la vitesse maximale est atteinte, mais avec un effort croissant.

Les niveaux d'assistance sont au nombre de 3 plus un programmables (facilement) par l'utilisateur via l'application.

Il y a un niveau « zéro » qui désactive le moteur mais maintient le tableau de bord et les lumières actifs.

Il est également possible de rouler avec le « jeton pédalant », c'est-à-dire simplement en tournant les pédales.

L'assistance démarre après 90° de pédalage, égal à 0,75 m en première vitesse (un peu plus paresseux que la précédente).

 Après démarrage, le moteur présente une accélération vive, mais progressive.

Le temps pour parcourir 50 m depuis l'arrêt avec une batterie complètement chargée n'est que de 9,86″ et la vitesse maximale d'assistance est de 27,6 km/h : une bonne vitesse qui confirme le dynamisme de ce modèle.


Vélo électrique petit et agile 

Monza a une petite taille et une grande agilité ; qui, combinés à la qualité du moteur, rendent ce modèle très agréable en conduite urbaine ; la vitesse n'est pas très réglable, et vous pouvez avoir tendance à aller plus vite que vous ne le souhaiteriez.

Le confort sur la route est bon même sur les pavés ; les pneus big-ball amortissent la rugosité et le cadre a la bonne élasticité.

Lors de montées raides, lorsque l'assistance de niveau quatre entre en jeu.

 En faite, le niveau 3 a une courbe de puissance qui n'est pas adaptée aux montées raides : à basse vitesse, il ne « pousse » pas avec toute la puissance du moteur.

 Pour les montées exigeantes, vous devez sélectionner le niveau d'assistance 4 pour avoir un fort courant de livraison même à basse vitesse. Mais cette possibilité (qui sollicite évidemment la batterie) est recommandée aux options utilisant des batteries plus grosses.

Il ne dispose pas de la fonction « soft-start » qui facilite les démarrages en côte, mais les rapports courts lui permettent de le faire sans effort excessif.

Avec une pente de 4 %, il grimpe rapidement à 23,9 km/h avec le même effort que sur terrain plat.

Les 10 % se montent bien, même avec un effort très limité, à 13 km/h. Même cette pente est bonne.

Les 17% grimpent à 9,4 km/h avec 80W de puissance musculaire, mais uniquement avec le niveau 4 programmé pour les montées. Le redémarrage demande un effort de 47 kg sur les pédales.

Elle monte également à 20 % avec un effort limité, mais avec une cadence de pédalage très faible ; le redémarrage peut se faire en appliquant une grande partie du poids sur les pédales.

Les 27% atteignent la limite si vous avez déjà commencé le trajet. Le redémarrage à partir d'un arrêt n'est plus possible.

Vous pouvez activer la fonction « assistant à la marche » via le bouton du tableau de bord.

Au niveau, il faut marcher vite pour rester en retrait : environ 6 km/h.

Cette fonction donne au moteur une juste puissance : 12% en douceur et monte (mais sans charges supplémentaires) même à 27%.

Dans les tests, j'ai utilisé la batterie 8 Ah ; l'autonomie avec les tailles supérieures est proportionnelle à la capacité ; donc, avec 14 Ah, vous auriez 75 % d'autonomie en plus.

Au niveau 1 (avec une vitesse typique de 24 km/h), vous pouvez parcourir 49 km.

Au niveau 2, la vitesse passe à 26 km/h, et vous pouvez parcourir 40 km

Au niveau 3, la vitesse est toujours de 26 km/h et le même parcours est parcouru (le dénivelé ne se fait sentir que dans les montées).

Puisqu'avec les niveaux préréglés... on ne peut pas ralentir, j'ai réglé le quatrième niveau pour des sorties tout aussi énergiques mais alors avec une puissance limitée à 20 km/h ; avec cette configuration, il est possible de parcourir 63 km.

Excellente distance compte tenu de la batterie 8 Ah !

Et avec 14 Ah vous pouvez rouler 86 km à 24 km/h (= 1er niveau).

Pédaler avec un partenaire n'est pas particulièrement facile en raison de la tendance du moteur à toujours atteindre la vitesse maximale.

Le quatrième niveau peut être réglé à la bonne valeur pour l'adapter à notre partenaire de voyage (ou compagnon).

Sur les chemins de terre légers, il se comporte très bien et est à l'aise dans les trous.

Ici aussi la vitesse est toujours un peu plus que souhaitée et il faudrait modifier le niveau 4 en conséquence ; le freinage est sécurisant, mais avec des roues de 20" ne vaut mieux pas en demander plus.

Le Monza est très bien adapté au transport en voiture ou en caravane, à l'intérieur de l'habitacle.

Pour les transports en transports en commun (bus et métros) ses dimensions pliées sont un peu grandes. Cependant, il a une excellente transportabilité dans les trains où il ne nécessite pas de supplément au billet ou de compartiment séparé. (maintenant il n'est pas nécessaire de le transporter dans un sac).

Le levage et le transport sur une échelle sont faciles : le point de préhension est désormais confortable et large avec un poids bien réparti.

Le poids réel est de 20,5 kg batterie comprise - elle est contenue et pas trop fatigante.

Lors du test dynamométrique sur route, à 18 km/h sans assistance électrique indique une demande de puissance musculaire de seulement 80W : une excellente fluidité et des rapports de démultiplication sont adéquats.

Si vous restez sans batterie, vous pouvez rentrer chez vous sans effort.

Et vous pouvez aussi penser à parcourir des tronçons plats (s'il n'y a pas de vent de face) sans assistance.

Le système d'éclairage fonctionne sur la batterie principale (même lorsqu'elle est trop faible pour entraîner le moteur).

Le phare éclaire bien la route (30 lux) et le feu arrière est bien visible sur les côtés.

La visibilité « passive » est assurée par une régulation (réflecteurs avant et arrière et pédales) et des bandes réfléchissantes pour pneus.

Il n'y a pas de systèmes antivol mécaniques, à l'exception de la clé qui verrouille la batterie.

Cependant, être pliable est excellent pour entrer dans les ascenseurs et le transporter jusqu'à votre domicile ou votre bureau, évitant ainsi le problème du vol.

Monza est certifié conforme à la réglementation en vigueur : EN15194 EPAC.

La garantie est de 2 ans pour l'ensemble du vélo électrique et même la batterie a une bonne garantie de 2 ans sans restrictions.

CHÂSSIS

Le cadre, en aluminium 6061, est robuste et les charnières n'introduisent ni flexion ni jeu. La zone de direction offre également une bonne sensation de stabilité. Le pas est bas pour permettre le dégagement des jambes, mais pas assez bas pour permettre l'utilisation par ceux qui ont des problèmes articulaires.

Le cadre, court et bien équilibré, permet des manœuvres très agiles. Il n'a pas de suspension avant et cela contribue à la stabilité ; comme nous le verrons, le confort de conduite est confié aux roues à section généreuse. Le poids total est de 20,5 kg, batterie comprise : valeur "normale".

La selle, marquée Legend, est rembourrée et dotée d'une échancrure : confortable même sur des surfaces inégales. La tige de selle n'a pas d'absorption des chocs. Le réglage de la hauteur de la selle est rapide et l'inclinaison est finement réglable. La position assise est droite ou légèrement inclinée vers l'avant.

Le guidon est de forme droite, nécessaire pour réduire l'encombrement lorsqu'il est plié, robuste et confortable et maniable. Le réglage est de type rapide et il y a une rainure anti-rotation. Sur la photo, le guidon est en position la plus basse et vous pouvez également voir la charnière solide pour le pliage (avec verrouillage de sécurité).

La direction est du type roulement intégré.

Le dérailleur est un Shimano Tourney TX 6 vitesses via dérailleur. Les passages de vitesses sont précis, mais j'ai eu quelques soucis en montée : je n'avais sans doute pas assez bien réglé la tension des câbles, car le modèle précédent, avec la même démultiplication, fonctionnait mieux.

L'activation est assez rapide. La commande de changement de vitesse est, toujours Shimano, de type rotatif : très douce pour fonctionner dans les deux sens.

Le pignon est passé de 48 à 42 dents (erreur de transcription maintenant 52 dents au lieu de 48), tandis que le pignon est resté inchangé ; cela permet, à 25 km/h, une cadence de pédalage de 70 coups de pédale/min, certainement plus confortable que la version précédente ; évidemment, pédaler est un peu plus "dur" dans les montées raides, mais c'est mieux dans toutes les autres situations. La plage de ratios est bonne et les ratios sont espacés correctement.


SYSTÈME DE FREINAGE

Le système de freinage est composé de freins à disque hydrauliques Tektro, puissants et très modulables. (Auparavant, il y avait des freins en V).

Les disques sont tous les deux de 160 mm.

Les leviers sont souples et confortables à utiliser, mais il n'y a pas d'interrupteurs pour interrompre le service.

La distance de freinage à 25 km/h était de 3,55 m : bonne et bien meilleure que la version précédente.

La roue arrière est bloquée mais le vélo ne perd pas en stabilité ; un freinage trop fort peut le faire basculer.

Dans les longues descentes, le freinage est puissant et souple ; il n'y a pas de surchauffe notable.

Le freinage à haute vitesse est puissant et stable ; en insistant sur les freins, la roue arrière se bloque progressivement avec un passage du vélo ; très difficile à obtenir pour activer le roll-over.


PLIAGE

Il m'a fallu 30 secondes pour le plier et 30 secondes pour l'ouvrir à nouveau et c'était la première fois que je le faisais sur ce modèle.

La manœuvre ne présente aucune difficulté.

Le vélo peut rouler sur ses roues avec le vélo plié ; c'est faisable, mais cela me semble une manœuvre assez maladroite, elle n'est à utiliser que sur de très courtes distances. 

Une fois plié, il est compact et de forme régulière ; il n'y a que le levier commun central qui a tendance à dépasser un peu.

L'articulation avant a une butée mécanique et a deux étapes d'ouverture : si le levier est activé par inadvertance pendant la conduite, la charnière est toujours fermée et une opération de levier supplémentaire est nécessaire pour la libérer. La charnière est robuste et sans jeu notable.

L'articulation centrale a le levier de dégagement rapide avec cliquet de sécurité et également en deux étapes. Il intègre les contacts de la batterie, limitant considérablement la quantité de fils électriques dans le pliage.

UNITÉ DE CONTRÔLE

L'unité de commande est logée dans le tube du cadre et est immédiatement connectée au connecteur de la batterie.

En repliant le cadre, le connecteur se déconnecte automatiquement, évitant ainsi aux câbles de se plier.


BATTERIE

Le Monza est équipé d'une batterie lithium 36V 8Ah 288Wh logée dans le tube du cadre * en option 10,4ah et 14ah.

Il est donc invisible et parfaitement intégré à la ligne du vélo.

Voici la batterie extraite : comme vous pouvez le voir, il s'agit d'une batterie spécifique, avec un boîtier en aluminium solide qui la rend sûre à manipuler.


Sur la partie près du guidon, il y a l'interrupteur "général" (éteindre l'unité de commande et les lumières), le connecteur de charge et une connexion USB pratique qui transforme la batterie en un power-bank géant.

Lorsque la batterie est montée, les différents connecteurs et interrupteur sont facilement accessibles et protégés par un volet étanche.

La charge peut donc se faire facilement avec la batterie retirée ou montée sur le vélo.

Le démontage nécessite l'ouverture quasi complète de la charnière centrale, déverrouillage de la batterie avec la clé.

Sur la photo, vous pouvez également voir les contacts du vélo qui sont insérés en fermant le cadre.


Une fois la serrure déverrouillée, la batterie est retirée à l'aide d'une petite poignée rétractable.

Le tout sans effort et très facile (à l'exception de la complication d'avoir à ouvrir le cadre).

Cette opération s'est nettement améliorée par rapport à la version précédente.

Le poids est de 2,4 kg et il est facilement transportable.

Comme l'interrupteur coupe les contacts, il peut être stocké sans précautions particulières avec d'autres objets.


La batterie que j'ai utilisée dans les tests est de 8 Ah, mais il existe également des tailles disponibles : 10,4 et 14 Ah ; de cette façon, la taille peut être adaptée à vos besoins.

J'avance le fait que la taille inférieure ne convient pas aux itinéraires avec des pentes raides, mais j'en parlerai plus en détail dans le paragraphe dédié précisément aux ascensions.

Le chargeur est de type interrupteur, sans ventilateur.

Il pèse 600 g, câbles compris et recharge la batterie complètement déchargée en 4 heures et 25 minutes.

La taille du chargeur est assez petite et peut être transportée avec vous.

Les câbles sont de longueur normale et la prise secteur est de type UE.

Il est équipé d'un voyant qui devient rouge lors de la charge et devient vert lorsque la charge est terminée.


ASSISTANCE DE CONTRÔLE ET RÉGLAGES

Ici, nous ouvrons un paragraphe intéressant car c'est la première fois que je rencontre un système comme celui-ci.

Sur le vélo, il y a un panneau LED avec des boutons ; il est placé sur le guidon près du bouton gauche.

Les indications fournies sont celles de base : état de charge de la batterie et niveau d'assistance sélectionné ; puis il y a une lumière ronde qui s'illumine de différentes couleurs... qui devient suspecte.


En effet, la particularité de ce vélo est que le tableau de bord fonctionne en synergie avec votre smartphone.

Avec les boutons, il est possible d'allumer et d'éteindre le centre de contrôle, de modifier le niveau d'assistance parmi les quatre disponibles et de gérer l'éclairage des lumières.

Il est également possible d'activer la marche assistée (mais il n'y a pas de soft start pour démarrer sans pédaler).

Il existe une prise en charge standard des téléphones portables qui accepte différentes tailles d'écran.

Et on comprend pourquoi la batterie est équipée d'une sortie USB : elle sert à maintenir l'objet alimenté.

Avec l'installation d'une application fournie par Legend, l'écran du smartphone devient un ordinateur de bord avancé qui, en plus, fournit de nombreuses indications de type électrique.

Il se connecte au vélo via Bluetooth (il fonctionne donc même si vous gardez votre téléphone dans votre poche).

Sur le tableau se trouvent également des boutons dédiés pour répondre aux appels téléphoniques, tout comme les commandes au volant sur les voitures de dernière génération.

Je dédie un paragraphe spécial à cette application (qui est encore en développement).

Sans téléphone portable, le vélo fonctionne normalement sauf qu'il n'a pas les informations du compteur.

Les indications fournies par le tableau sont bien visibles même en plein soleil et les boutons sont très faciles à utiliser même avec des gants.

De toute évidence, la visibilité au soleil de l'écran du téléphone portable dépend du téléphone portable lui-même.

Dans l'obscurité, les LED sur le panneau de boutons restent clairement visibles et l'affichage est sans aucun doute le même.


MOTEUR

Il s'agit d'un essieu arrière petit et robuste, à engrenages, 250W à 36V, sans balai, à capteur, construit par le célèbre et fiable Bafang mxus.

Le moteur est puissant et pousse bien en montée.

Le bruit se fait entendre lors de la marche, mais ne devient jamais gênant même en cas d'effort.

Le moteur est équipé d'un connecteur pour un retrait facile de la roue.

La puissance maximale absorbée que j'ai détectée était supérieure à 450 W (12 ampères).


CABLAGE

Le câblage dans la zone du guidon est propre et bien rangé et tous les fils (électriques et mécaniques) sont regroupés dans une gaine ; cela ne crée pas de problèmes lors du pliage.

Le câble électrique unique continue à l'extérieur parallèlement au châssis jusqu'à la zone de l'unité de commande.


La commande de rotation des pédales ne se fait pas comme d'habitude avec un disque à aimants, mais est intégrée au mouvement central (et cela me fait penser à une variante possible avec couplemètre, mais je n'ai pas de nouvelles officielles à ce sujet).

Robuste, bien protégé et sans réglages : idéal dans un pliage qui finit inévitablement par tomber pendant le transport.

L'inconvénient est qu'en cas de remplacement du support inférieur, une simple douille du commerce ne peut pas être utilisée, mais une pièce spécifique est nécessaire ; On me dit cependant qu'il est très robuste et que le remplacement est un événement très lointain dans le temps.

On peut voir qu'il est produit par Bafang.


APPLICATION SMARTPHONE

Nous arrivons à la partie la plus originale de ce modèle : l'application qui gère l'assistance.

Ce logiciel transforme l'écran du téléphone en un affichage très avancé qui affiche tous les paramètres du vélo.

Il a également une fonction très intéressante : s'il est connecté à une ceinture cardio, vous pouvez définir une limite maximale de pouls et le système régule l'assistance pour maintenir cette valeur constante.

(Je n'ai pas testé cette fonctionnalité, donc je ne peux pas vous dire à quel point c'est efficace, mais c'est définitivement intéressant).

Cette application fonctionne également sans être connectée à aucun vélo et fonctionne comme les autres qui donnent un itinéraire et des données sur l'itinéraire emprunté.

Pour 4,89 €, vous pouvez acheter des cartes de toute l'Europe pour utiliser l'application comme navigateur.

Cela fonctionne avec Android, mais je pense ça marche aussi avec Apple.

Voici le smartphone attaché à votre support de guidon.


Sur la page d'accueil, vous pouvez voir la vitesse (ou - du même côté de l'écran - la carte).

Puis on voit la puissance fournie par le moteur, l'état de la batterie, les wattheures consommés et l'autonomie résiduelle (sur laquelle faire une allocation prudente car... ne lit pas l'avenir).

Il y a le niveau d'assistance sélectionné et les données de temps moyen et écoulé.

La cadence de pédalage est également indiquée, puis l'altitude et la pente (qui sont basées sur le GPS et j'ai trouvé cela un peu imprécis sauf en montée régulière).

En bref, déjà sur la première page, il y a beaucoup d'informations du compteur de cycle en évolution.

Ici vous pouvez voir le symbole des lumières allumées.

Ensuite, il y a une page avec des données techniques... ce qui est un régal pour les geeks (comme moi).

Vous pouvez voir les courbes de livraison pour les différents niveaux d'assistance (et on parle alors du quatrième niveau programmable). Pour chaque sortie, vous pouvez stocker de nombreuses données qui peuvent ensuite être récupérées pour une analyse plus approfondie.

Il s'agit de la page d'index des chemins stockés (chacun peut être nommé).

Si vous possédez un cardiofréquencemètre Bluetooth, vous pouvez le connecter à votre smartphone et ces informations sont également enregistrées.

Voici les pages stockées pour chaque sortie.

(Je n'avais pas la bande cardio Bluetooth et les données associées sont absentes).


Je n'ai même pas téléchargé les cartes, alors nous avons juste mis en évidence la forme de la piste sans l'afficher sur la carte.

Parcours altimétrique.


Graphique de vitesse.


Tendance cardio.


On voit ici les performances de la puissance délivrée par le moteur et les niveaux d'assistance relatifs utilisés.


Il est possible de l'associer avec Strava

En bref : une très grande quantité de données sont intéressantes.

Mais il y a une considération : sur un vélo pliant, de telles données sont vraiment redondantes même pour le suivi des déplacements en extérieur.

Beaucoup plus intéressant s'il est connecté à un modèle de vélo plus sportif (dans le catalogue il y aura aussi de tels modèles).

Je prends note : les données de consommation actuelle et l'état de charge de la batterie sont traitées et stockées par l'unité de contrôle et non par l'application, elles sont donc réelles même si vous faites, par exemple, la moitié du trajet avec le téléphone déconnecté.

Comme je l'ai dit, je vois cette façon de gérer l'assistance vélo sur les modèles sportifs : en usage quotidien, je l'ai trouvé assez peu pratique :

  • si vous vous arrêtez, vous devez retirer le téléphone de son support ; sinon, il est trop facile de le voler.

  • la connexion de la batterie du vélo au téléphone portable nécessite un câble volant (qu'il faut séparer de la batterie pour pouvoir la retirer) ce qui est un peu gênant surtout si vous devez plier le vélo.

  • en cas de pluie - sauf si vous avez un modèle de smartphone étanche - vous ne pouvez pas l'utiliser et en aucun cas vous ne pouvez le garder en charge.

Ce qui est très utile est la possibilité de répondre aux appels téléphoniques mains libres à l'aide des boutons du panneau, sans avoir à effectuer des manœuvres dangereuses et difficiles d'une seule main pour activer le téléphone placé dans une poche.

Lors de mes tests, je me suis retrouvé à tenir le téléphone dans ma poche et à utiliser simplement les instructions sur le panneau avec les LED correspondantes ; et ce n'est qu'occasionnellement que j'ai consulté l'application pour obtenir des données plus précises que les LED sur la charge réelle consommée.

En voyage en revanche, c'est sympa, surtout lorsqu'il est utilisé comme une carte et la possibilité d'ajuster l'assistance en fonction de sa fréquence cardiaque est très intéressante.


MÉTHODE D'ASSISTANCE

La centrale alimente le moteur en fonction de la rotation des pédales et du niveau d'assistance sélectionné.

Les niveaux d'assistance sont, de manière optimale, 4 plus "zéro" qui désactive le moteur, mais maintient le tableau de bord et les feux actifs.

Le bouton « assistant à la marche » est présent, mais n'est pas autorisé à être utilisé comme « démarrage progressif ».

L'unité de contrôle est du type "à courant contrôlé", c'est-à-dire qu'elle envoie une certaine puissance constante au moteur ; ce système est typique des moteurs de contrôle de tension central et différent de celui normalement utilisé pour les moteurs de hub ("contrôle de tension").

Mais ce sont des choses pour les ingénieurs et les geeks, car pour le cycliste, cela se traduit par le fait que le moteur pousse toujours avec la même puissance à toutes les vitesses ; en revanche, le contrôle de la tension réduit la puissance à l'approche de la vitesse maximale.

L'effet pratique est qu'avec n'importe quel niveau d'assistance sélectionné, le moteur nous amène toujours à la vitesse maximale.

Cependant, les niveaux d'assistance ne sont pas de simples « étapes », mais suivent des courbes qui peuvent être mises en évidence sur le smartphone connecté.

Voici les graphiques des trois niveaux réglés en usine.


Il est très clair que le niveau 1 donne au moteur un maximum de 25 % de sa puissance.

Ensuite le moteur aide jusqu'à 26 km/h... mais il faut "aider" au pédalage pour atteindre cette vitesse.

C'est un mode qui nous permet d'exercer et d'étendre notre autonomie à la fois.

Les niveaux 2 et 3 permettent d'atteindre, avec un pédalage symbolique, pratiquement jusqu'à ce qu'il interrompe la coupure du compte-tours.

Le niveau 4 est "personnalisable" et je parlerai bien dans le paragraphe "vitesse et autonomie".

La roue atteint sa vitesse maximale quelle que soit la cadence ; Par contre, on voit que la jonction après une pédale de suspension est rapide (très utile en ville).


DÉMARRAGE DE L'ASSISTANCE ET ACCÉLÉRATION

Pour démarrer le moteur, il suffit d'allumer la centrale depuis le tableau de bord, de sélectionner le niveau d'assistance souhaité et de commencer à pédaler.

Le démarrage de l'assistance se produit après 90° de pédalage, soit 0,25 tour égal à 0,75 m en première vitesse (un peu plus "moins" que le modèle précédent).

Le moteur se met à délivrer de la puissance à la roue selon la courbe typique de chaque niveau d'assistance, donc plus ou moins vive. 

Malgré le démarrage progressif, qui ne me gêne pas même pour ceux qui ne sont pas "sportifs", l'accélération est très vive.

En effet, le temps pour parcourir 50 mètres à partir d'un arrêt, avec une batterie pleine et au niveau 3, n'est que de 9,86" et la vitesse de sortie est de 27,6km/h : excellent !

Et dans 30 mètres c'est déjà à 25 km/h !


EN CIRCULATION

Monza a une petite taille et une grande agilité ; combinés à la luminosité du moteur, ils rendent ce modèle très agréable en conduite urbaine.

La maniabilité est excellente et il peut être conduit avec précision : il glisse facilement dans le trafic.

Le freinage est puissant et très bien modulé.

Le démarrage progressif du moteur évite les démarrages brusques et permet de manœuvrer en toute sécurité dans les espaces restreints.

La régulation de vitesse... qui en pratique ne l'est pas car, comme il l'a dit, Monza veut toujours aller au maximum... se fait rare en usage urbain.

il faut s'y habituer.

Et une autre chose à laquelle s'habituer est l'absence de coupures de freins.

Ce manque se fait sentir si la circulation est chaotique, car dans les manœuvres "attaque-relâchement" des pédales on se retrouve parfois avec le moteur qui pousse pendant que l'on freine.

Le confort sur la route est bon même sur les pavés ; les pneus ballon amortissent la rugosité et le cadre a la bonne élasticité.

COMPORTEMENT DANS LES MONTÉES ET LES PENTES FORTES

C'est ici qu'intervient la programmation du quatrième niveau d'assistance.

En effet, le niveau 3 a une courbe de puissance qui n'est pas adaptée aux montées raides : à basse vitesse il ne "pompe" pas toute la puissance du moteur.

Cette configuration est cependant intéressante dans le cas de l'utilisation de la plus petite batterie, car elle évite la fatigue avec des courants trop élevés et raccourcit la durée de vie.

Pour cette raison, la batterie 8 Ah n'est pas adaptée à une utilisation dans les villages de montagne, même si l'autonomie serait suffisante.

Pour ceux qui ont le besoin ou le plaisir, de voyager dans des ascensions exigeantes, la possibilité de personnaliser le quatrième niveau d'assistance est une aide valable.

En sortie d'usine, ce niveau a une tendance très similaire au troisième, faible puissance à basse vitesse (ce qui est exactement le contraire de ce qu'il faut pour monter).

Pour tester tout le potentiel du moteur, j'ai programmé le niveau 4 avec une courbe beaucoup plus raide : déjà à partir de 5 km/h je lui fais délivrer toute la puissance disponible puis maintiens ce débit maximum pour tous les régimes supérieurs.

Par conséquent, j'ai effectué les tests à la fois sur le niveau 3 et le niveau 4 "turbo".

Monza change de personnalité et nous permet d'aborder des montées même difficiles plus rapidement et avec moins d'effort.

Je me souviens encore que cette configuration ne peut être utilisée qu'avec la batterie la plus performante, alors que le 8Ah que j'ai utilisé dans les tests m'a beaucoup stressé (j'espère que les amis Smartgo ne se fâcheront pas trop).

Sur 4% de montées, ça grimpe vite et il n'est pas nécessaire d'utiliser un niveau 4" turbo : 23,9 km/h en appliquant uniquement le poids de la jambe sur les pédales.

Le redémarrage nécessite, en troisième vitesse, un simple poids des jambes sur la pédale (pensez donc à passer le haut avant de vous arrêter en montée).

Les 10 % nous grimpent à 13 km/h au niveau 3 (avec 75 W de muscle) et 13,5 km/h au niveau 4 (avec la même puissance) : pour l'instant la batterie 8 Ah est aussi très bien ;

Je me souviens que l'augmentation de 10 % de la puissance musculaire vous coupe le souffle. Avec Monza... non !

Vous pouvez sentir comment l'accélération devient plus vive avec le niveau 4.

Le redémarrage demande 30 kilos de poussée, mais pour une courte durée, jusqu'à ce que le moteur... se réveille.

Avec une pente de 13,5% grimpe à 8,7 km/h avec le troisième niveau ; ici on commence à bien percevoir l'écart avec le quatrième niveau qui permet de monter à 11,4 km/h avec une conduite plus énergique et avec moins de poussée sur les pédales.

Le redémarrage demande un gros effort - 38 kg - mais toujours de courte durée.

Maintenant, nous sommes confrontés à 17%.

Au niveau 3 on commence à galérer, au niveau 4 on atteint 9,4km/h avec une force musculaire de 80W : effort encore faible même pour ceux qui n'ont pas d'entraînement.

Le redémarrage commence à être assez difficile : 48 kg, mais toujours pour une courte durée.

Comme toujours, lorsque le vélo testé monte bien, je l'ai amené à un difficile 20%.

Ici le troisième niveau n'est plus suffisant, alors qu'avec le quatrième niveau « turbo » (au sens où il a tous les paramètres au maximum), il grimpe à 6,3 km/hy 95 W musculaire ; La cadence de pédalage est cependant réduite à seulement 35 pieds/min, ce qui ne garantit pas des performances musculaires adéquates.

On est donc à la limite... mais on parle de 20% ce qui est une pente de routes de montagne !

Même le redémarrage nécessite d'appliquer sur les pédales, pour le premier tour, presque tout votre poids.

Enfin, j'ai amené le Monza sur la rampe de la mort à 27%.

Vous pouvez grimper mais à la limite et seulement si vous partez du sol.

Bref, si vous habitez une ville avec des montées même raides, Monza nous emmène au sommet avec le sourire aux lèvres, mais il faut... agrandir un peu le portefeuille pour acheter et opter pour la batterie de plus grande capacité.


MARCHE ASSISTÉE

Vous pouvez activer la fonction « assistant à la marche » via le bouton du tableau de bord.

La version précédente avait un système d'activation spécial ; ici, c'est à nouveau "habituel" : appuyez sur le bouton et, avec un peu de retard, le moteur démarre.

Au niveau, il faut marcher vite pour rester en retrait : environ 6 km/h (juste la "loi").

Cette fonction donne au moteur une juste puissance : 12% « tire » un peu et monte (mais sans charges supplémentaires) même à 27%.

Même le franchissement des trottoirs n'est pas particulièrement vigoureux, tant pour les roues de petit diamètre que pour le couple modéré exprimé par le moteur dans ce mode.


VITESSE ET AUTONOMIE

J'ai testé avec la batterie 8Ah 288Wh.

Comme mentionné, des batteries de 10,4 et 14 Ah sont également disponibles.

L'autonomie, comme abondamment expérimenté, est en proportion exacte de l'ampérage disponible, donc, avec 10,4 Ah, il couvrira 30% de plus et avec 14 75% de plus.

Les tests ont été effectués sur un parcours urbain-extra-urbain avec quelques montées, mais pas de montées significatives.

Pendant les tests, j'ai toujours gardé le smartphone alimenté par la batterie du vélo (consommant donc une certaine charge).

J'ai effectué un test avec assistance niveau 1 avec 70 W de muscle en sixième vitesse.

La vitesse était de 24 km / h pendant tout le test, sans les chutes de batterie presque épuisées.

Avec ce niveau, il faut appuyer un peu sur les pédales lors des accélérations pour amener le bip à 24 km/h puis marche avec l'effort léger habituel.

La température ambiante était de 20°C, donc exactement la température "normalisée".

J'ai obtenu une distance utile et totale de 49 km jusqu'à l'intervention du BMS qui a déconnecté le calculateur : excellent résultat correspondant à une consommation énergétique limitée : 5.5Wh/km.

Dans le test en assistance de niveau 2, j'ai toujours utilisé la sixième vitesse et les muscles habituels de 70W.

La vitesse était de 26 km / h et même dans ce mode, elle est restée pratiquement inchangée tout au long du test.

J'ai obtenu une distance utile et totale de 38,2 km jusqu'à l'intervention de BMS.

La température ambiante était de 16°C ; en revenant à 20°C, les résultats devraient être de 40,5 km utiles et totaux.

Dans le test au niveau 3 (le maximum) j'ai toujours utilisé la sixième vitesse et encore 70W sur les pédales.

Aussi la vitesse est restée à la même valeur du niveau deux : 26 km/h.

Et l'autonomie était de 40,6 km à 11°C.

En retournant la valeur à 20°C, l'autonomie est attendue à 40,5Km : exactement la même que celle obtenue au niveau 2 et est une conséquence du contrôle en cours de l'unité de contrôle.

J'ai ensuite modifié la courbe de niveau 4 pour pouvoir rouler à une vitesse inférieure.

Pour obtenir ce résultat, j'ai laissé la partie initiale de la courbe assez haute, pour conserver un bon point de départ.

Cette courbe de livraison pourrait être utile pour augmenter considérablement l'autonomie et aussi pour pouvoir se déplacer plus lentement sur les itinéraires partagés avec les piétons.

J'ai fait un test avec ce niveau, mais uniquement sur une quinzaine de kilomètres et j'ai détecté la consommation de l'application.

J'ai ensuite extrapolé les résultats à la pleine capacité de la batterie.

J'ai calculé qu'il peut parcourir 63 km à 20°C avec une vitesse de 20 km/h les 70 W habituels aux pédales.

Ainsi, même si la batterie n'est pas trop grosse, avec Monza, vous pouvez parcourir de longs trajets sans craindre de manquer d'électrons.

Et, au niveau 1 et avec la batterie 14 Ah, vous pouvez parcourir 86 km avec un effort très limité et à bonne vitesse.

Je dois faire une remarque importante :

Lorsque la coupure commandée en tension de la centrale intervient, vous ne pouvez plus redémarrer que si la batterie est chargée.

Par conséquent, si une pente vers la fin de la décharge se rapproche, il y a un risque de blocage de la centrale avant décharge complète.

Il est important de noter que même si l'unité de contrôle est bloquée, les lumières et le port USB fonctionnent toujours régulièrement ; en revanche, les données de distance sur le smartphone ne sont plus mises à jour (car la connexion est interrompue).


CONDUIRE A DEUX

Pédaler à deux n'est pas particulièrement aisé en raison de la tendance du moteur à toujours atteindre la vitesse maximale.

Vous devez régler le quatrième niveau sur la bonne valeur pour l'adapter à votre partenaire de pilotage.


CONDUIRE SUR TERRE

Sur les chemins de terre légers, il se comporte très bien : il est maniable et agile ; les freins ne s'enclenchent pas trop tôt pour bloquer.

Il est plus difficile de trouver la bonne vitesse en raison de la tendance susmentionnée à aller à la vitesse maximale.

Le confort de conduite est assez bon (le cadre est un peu rigide).

Les pneus absorbent bien et, en cas d'utilisation prolongée sur des chemins de terre, vous pouvez réduire la pression de gonflage pour améliorer le confort.

L'adoption d'une selle à suspension serait également une excellente mise à niveau.

Évidemment, les roues de petit diamètre évitent de traiter des fonds très irréguliers.


TRANSPORT EN VOITURE ET EN TRAIN

Pour un pliable, c'est un point fort !

Monza est très approprié pour le transport en voiture ou en camping-car, à l'intérieur de la voiture.

Pour les transports en commun (bus et métros) ses dimensions pliées sont un peu abondantes.

Alors que la transportabilité est excellente dans le train, où elle ne nécessite pas de supplément au billet ou la présence de compartiments spéciaux : elle est considérée comme un bagage normal.

Avec les dernières réglementations, il n'est plus nécessaire de le placer dans un sac, ce qui facilite encore plus les manœuvres de chargement et de déchargement dans le chariot.

Dans le coffre de ma Clio III, il se transporte à la verticale (supprimant ainsi la plateforme "hatbox").

Il y a un espace confortable et de la place pour des bagages supplémentaires.


L'épreuve habituelle dans l'ascenseur de chemin de fer est pratiquement superflue : on entre aussi en même temps que d'autres "compagnons de voyage".

Parfois il n'y a pas d'ascenseur dans les gares, alors il est important d'envisager l'utilisation du balancier, pour un éventuel transport par escalier.

Le levage et le transport sur l'échelle sont faciles : le renfort sur le cadre est une poignée pratique pour le levage (ce renfort est devenu plus long que la version précédente et convient également aux grandes mains).

Pour faire court, les opérations de manutention et de chargement sont facilitées.

Le poids - 20,5 kg batterie comprise - est contenu... et il ne saigne pas ???

Si vous devez le porter à la main ou le monter dans les escaliers, il est très pratique de plier la pédale pour ne pas la heurter avec votre jambe.

Comme toujours, je vous conseille de le garder déplié au maximum et de ne le plier que lorsque vous en avez vraiment besoin, afin de pouvoir le déplacer très facilement sur ses roulettes.

S'il n'y a pas grand monde, je vous conseille presque de monter dans le train avec le vélo déplié puis de le replier sur le quai (mais attention au conducteur).


PÉDALAGE AVEC ASSISTANCE DÉSACTIVÉE - FRICTION

La douceur de la roue motorisée est bonne :

Le moteur est équipé d'une roue libre et n'oppose pas de résistance importante (même en marche arrière).

Le test dynamométrique sur route à 18 km/h sans assistance électrique indique une demande de puissance musculaire d'uniquement 80W : c'est un très bon rapport qualité-prix digne d'un vélo sportif.

Les rapports de démultiplication sont parfaits pour la conduite musclée et la cadence souhaitée peut être facilement trouvée même en montée.

Dans l'ensemble, si vous êtes à court de batterie, vous pouvez rentrer chez vous sans effort.

Et vous pouvez aussi penser à couvrir les parties plates (s'il n'y a pas de vent) sans aide pour étendre la portée.

Je mets généralement une photo de la façon dont il est livré sans batterie, mais, étant ici la batterie interne, il n'y a pas de différence.


SYSTÈME D'ÉCLAIRAGE

Les lumières sont alimentées par la batterie principale, avec contrôle sur le panneau de commande, même avec assistance débranchée ou avec une batterie très faible.

Le feu avant est un puissant Spanninga Kendo + LED et est équipé d'un réflecteur.

Son faisceau lumineux a une belle forme allongée et éclaire bien la route ; il ne clignote pas.

Le feu arrière (LED rouge avec éclairage fixe) est clairement visible de loin et également sur les côtés.

Il est équipé d'un catadroptique homologué.


Ici on voit.... L'éclat des lumières.

Même de côté, il est clairement visible et, s'il est éclairé, les bandes réfléchissantes sur les pneus le mettent bien en valeur.


ANTIVOL

Le Monza n'est pas équipé d'un dispositif antivol standard.

Il n'a qu'une clé pour verrouiller la batterie.

Le VIN est gravé sur le châssis, pour identification en cas de vol.


ACCESSOIRES

Smartgo propose une liste de sacs et d'accessoires spécifiques.

Les accessoires de vélo normaux sont applicables.


CERTIFICATIONS, GARANTIE ET PRIX

Monza est certifié pour les réglementations en vigueur : EN15194 EPAC


La garantie est de 2 ans pour l'ensemble du vélo.

Même la batterie bénéficie d'une bonne garantie de 2 ans sans restrictions.

Le prix catalogue est intéressant compte tenu du bon équipement dont des freins à disque hydrauliques : 1130 € au moment de l'essai et avec batterie 8 Ah.

Il devient 1330 € avec une batterie de 14h (Prix en Italie)


CONSIDÉRATIONS RELATIVES À L'UTILISATION

Excellent en usage « multimodal », c'est-à-dire voiture ou camping-car ou train + vélo.

Légèrement moins adapté, en raison de sa taille et de son poids, au transport en bus et en métro.

Excellent pour les déplacements urbains (même avec de petits bagages) pour l'agilité, la vitesse et l'assistance électrique.

Moins adapté à la conduite à deux en raison de la tendance à toujours courir à vitesse maximale.

Pas particulièrement adapté pour transporter des enfants dans le siège approprié car il serait placé en bas, dans la zone d'air la plus polluée.

Seul petit inconvénient pour ceux qui n'ont pas la prise dans le garage à cause de la manœuvre de retrait de la batterie plus lourde que d'habitude.

Il supporte bien les fonds de routes urbaines, malheureusement souvent débranchés, en maintenant la pression des pneus basse.

un dans les voyages en plein air, même en présence de montées difficiles.

Son autonomie permet de faire de longues distances avec une excellente vitesse de croisière.

Et si vous manquez de batterie, la balade musclée n'est pas fatigante.

Possibilités intéressantes offertes par la connexion smartphone, mais surtout pour ceux l'utilisent en ville, elle ajoute une utilisation récréative.

Il ne souffre pas sur les chemins de terre légers.

Pour ceux qui aiment faire du tout-terrain, il est conseillé de passer à d'autres modèles avec des roues plus grandes.

Excellent pour entrer dans les ascenseurs et l'emmener chez vous ou au bureau, évitant ainsi le problème du vol.


NOTE

Toutes les données sont obtenues avec mon poids à bord : 75 kg habillé et avec des accessoires tels que GPS et appareil photo.


Vous aimez ce test très détaillé ? Partagez-le!


10 raisons de faire du vélo électrique
Vous songez à acheter un vélo électrique ? Voici 10 raisons qui vous convaincront.